Fermeture du centre d'application de Champignelles

Mis à jour : 19 févr. 2019


Le centre d’application de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort, basé à Champignelles, va fermer en 2020. Ainsi en a décidé le Conseil d’administration de l’école le 22 novembre dernier. Cette fermeture avait été annoncée de façon étonnante par la Présidente de la Région, prévenue par le Ministre de l’agriculture Stéphane Travert... qui avait omis de le dire à son collègue au Gouvernement Jean-Baptiste Lemoyne !


Tous les acteurs sont mobilisés. Chacun dans son style, entre protestations et recherches de solutions permettant d’alléger la charge de l’École, qui trouvait le coût de ce site trop élevé pour les 24 semaines qu’y passaient ses étudiants.

Rien n’y a fait. Champignelles est trop loin de Paris, tant en transports qu’en pensées, et encore moins en solidarité.

Je serais curieuse que l’on mesure le coût de remplacement de ce site.

Si j’ai bien compris, on va les envoyer dans des fermes de région parisienne sans avoir besoin de les loger. Cela implique un trajet aller/retour chaque jour pour au minimum une cinquantaine d’élèves. C’est probablement plus économique, mais certainement moins efficace : ce lien permettait de créer une cohésion de groupe grâce à leur semaine de vie commune et offrait aux élèves majoritairement urbains un contact avec la ruralité.

Alors évidement, le site de Normandie, terre de cet ancien ministre de l’agriculture, lui, n’est pas remis en cause puisqu’il s’agit d’un centre internationalement reconnu grâce aux chevaux de course qui viennent du monde entier s’y faire soigner.

Cette concurrence entre ces deux centres résume a elle seule la confrontation entre les deux mondes : les métropoles avec les premiers de cordée, et la “France périphérique” avec ses Gilets jaunes. Et cette dernière, à travers le centre de Champignelles, a perdu.

Alors que les rapports entre Emmanuel Macron et les élus locaux sont pour le moins tendus, Alors que les Gilets jaunes battent le pavé,

Alors que l’extrémisme monte dans toute l’Europe et menace la France,

Alors qu’il faudrait donc apaiser, réparer, redonner confiance …on nous explique qu’on n’a pas les moyens de nous laisser survivre !

Tous les ministres jusqu’à présent, de droite comme de gauche, avaient compris l’intérêt de mailler le territoire pour y laisser de la vie, et surtout ne pas permettre à la désespérance de s’installer. Tous, sauf dans ce gouvernement qui en avait pourtant plus besoin qu’aucun autre ! D’autant plus que nous avons un ministre Icaunais qui a pu leur expliquer l’importance, autant réelle que symbolique, de conserver ce centre d’application.


Et, cerise sur le gâteau, grâce à la réforme de l’apprentissage, Champignelles risque également de perdre son CFA ! Oui, le CFA rural a du mal à joindre les deux bouts et la Région, qui disposait de la compétence apprentissage, savait être généreuse avec le site et faisait en sorte qu’il soit maintenu.

Demain, ce ne sont plus les Régions mais les OPCO (Opérateurs de compétences) qui auront l’apprentissage en charge et devront le financer. Je ne crois pas qu’un organisme privé aide à maintenir un CFA juste par équité territoriale !

Alors maintenant, ne restons pas les deux pieds dans le même sabot à nous désoler. Le Président de la Communauté de Communes, Jean-Philippe Saulnier Arrighi, a pris les devants et je ferai tout, à la place qui est la mienne, pour l’aider à reconvertir ce site et à y développer une activité plus intense qu’aujourd’hui.

Faisons d’un mal un bien. Faisons de Champignelles un lieu de formation pluridisciplinaire, ou même un lieu économique important pour notre territoire !

Permanence dans l'Yonne

2 rue de l'Egalité

89000 Auxerre

03 86 46 68 31

d.verien@senat.fr

Bureau à Paris

15 rue de Vaugirard

75291 Paris cedex 06

01 42 34 15 69

d.verien@senat.fr