Interview de Guy Bedel, Directeur Régional de la Fondation du Patrimoine


“Je suis un ingénieur à la retraite, même si je donne toujours des cours à l’ENSAM à Paris ! Ma carrière professionnelle, je l’ai préparée tout d’abord en prenant 5 années de cours du soir au CNAM d’où je suis sorti major, puis j’ai intégré l’Institut Polytechnique de Grenoble, d’où je suis sorti major également. 

 C’est en devenant Ingénieur électricien / électronicien que je suis rentré chez Alstom, dans le Territoire de Belfort. À l’époque, Alstom rachetait beaucoup de sociétés. Avec une petite équipe de 4 ou 5, nous voyagions beaucoup pour mettre en place de nouvelles règles organisationnelles, de nouvelles méthodes de management et nous installions des systèmes d’information qui optimisaient les processus des entreprises. 

 Tout en travaillant, j’ai pu aider de jeunes étudiants du territoire de Belfort à intégrer mon école d’ingénieurs. Je crois à la force de l’entraide… 

 Puis je suis devenu Directeur Général de la partie transport d’Alstom et j’ai - par exemple - travaillé à la modélisation des TGV à deux étages que vous connaissez aujourd’hui. Les années 90/2000 étaient des années fastes pour les entreprises. À cette époque, je suis devenu Président d’une association mêlant des hommes et des femmes du ferroviaire, de la défense et de l’aéronautique. Le but de l’association était de partager les bonnes pratiques dans le management de grands projets. Puis vint le rachat d’Alstom par Général Electric. Le temps de la retraite arrivait à point… 

 Si l’on regarde mes origines, je suis un Vosgien qui habite la Bourgogne depuis maintenant 20 ans ! Je me suis intéressé au patrimoine quasiment par hasard, puisque avec mon épouse, nous vivions dans “du neuf” à Paris. Travailler à Paris, oui. Y vivre ? Non… Nous sommes tombés sous le charme d’un vieux presbytère du 16e siècle et pour entamer les travaux, nous avons dû contacter… la Fondation du Patrimoine !


Je suis devenu Délégué Régional bénévole de la région Bourgogne-Franche-Comté en 2013. Après une carrière dans de grandes entreprises, arriver à la Fondation du Patrimoine, c’est comme gérer une PME. Toutes les compétences acquises dans mon métier me servent aujourd’hui, même si je suis moins dans le commandement et plus dans la suggestion. Je travaille à fédérer autour de projets, autour d’une “cause”. Nous cherchons à “faire du beau” pour générer de l’attractivité et ainsi mettre en valeur les hommes et les femmes de ce territoire.


 Avec la Sénatrice Dominique Verien, nous sommes tous les deux tombés d’accord sur l’importance de la rénovation du Château de Maulnes, pour en faire un projet de territoire. Les travaux étaient à l’arrêt et il fallait les reprendre, car quand on arrête une rénovation, la recommencer après un arrêt coûte plus cher que si elle avait été réalisée d’un seul trait jusqu’au bout !


Ce loto du patrimoine était une occasion rêvée pour faire aboutir ce projet, dans ce bâtiment chargé d’histoire. Dominique Verien m’a aidé à obtenir le plan de financement via le Conseil Départemental et c’est ainsi que tout s’est déverrouillé et que le Château a été sélectionné pour le loto du patrimoine 2019.


C’est un projet de territoire majeur. Le Tonnerrois a besoin que l’on fasse quelque chose pour lui et la ville de Tonnerre a des sujets historiques à mettre en valeur ! Par la culture et la communication qui l’entourent, nous allons pouvoir irriguer les territoires environnants. Regardez Versailles : c’est un bâtiment emblématique de l’histoire de France, c’est un nœud par lequel passe un grand nombre de touristes. Maulnes, lui, est un nœud exceptionnel dans l’histoire des religions ! Cet ancien relais de chasse est commandité en 1566, en pleine guerre de religion, par un huguenot, Antoine de Crussol, époux de Louise de Clermont, Comtesse de Tonnerre, une catholique évangéliste proche de Catherine de Médicis.


Entre sa portée culturelle et sa portée symbolique, quand on cherche à donner du sens, c’est un bon exemple ! 

En tout cas, je suis heureux d’avoir pu travailler sur cette candidature avec Dominique Verien.”



Permanence dans l'Yonne

2 rue de l'Egalité

89000 Auxerre

03 86 46 68 31

d.verien@senat.fr

Bureau à Paris

15 rue de Vaugirard

75291 Paris cedex 06

01 42 34 15 69

d.verien@senat.fr